Préface

De Demopædia
Aller à : navigation, rechercher


Introduction à Demopædia
Préface | Index général
Chapitres : 1. Généralités (index 1) | 2. Élaboration des statistiques démographiques (index 2) | 3. État de la population (index 3) | 4. Mortalité et morbidité (index 4) | 5. Nuptialité (index 5) | 6. Fécondité (index 6) | 7. Mouvement général de la population, reproduction (index 7) | 8. Migrations (index 8) | 9. Démographie économique et sociale (index 9)
Pages : 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 20 | 21 | 22 | 23 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 40 | 41 | 42 | 43 | 50 | 51 | 52 | 60 | 61 | 62 | 63 | 70 | 71 | 72 | 80 | 81 | 90 | 91 | 92 | 93

Préface

A sa quatrième session, la Commission de la population demanda au Secrétaire général d'inclure la préparation d'un dictionnaire démographique multilingue dans son programme de travail (E/1313).

Quelques mois plus tard, l'Union internationale pour l'étude scientifique de la population, réunie à Genève en assemblée générale, offrit sa collaboration au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies pour la réalisation d'un tel ouvrage et décida la création d'une Commission du dictionnaire démographique qui fut chargée de présenter un projet. A sa cinquième session, la Commission de la population demanda au Secrétaire général d'accepter l'offre faite par l'Union, et la Commission du dictionnaire fut alors chargée de réaliser en trois langues, anglais, espagnol et français, le projet qu'elle avait présenté.

L'ouvrage a été conçu comme un dictionnaire essentiellement multilingue, destiné aux traducteurs. Il se compose d'une collection de volumes unilingues, constitués chacun par un texte de présentation de la terminologie technique usitée en démographie, suivi d'un index alphabétique. Le parallélisme des textes dans les différents volumes, et un système de numérotage par concepts, permettent d'établir une correspondance entre les expressions d'un même concept en diverses langues.

La Commission de l'Union chargée de l'élaboration des trois volumes initiaux comprenait : MM. Paul Vincent (France), président-rapporteur ; Carlos E. Dieulefait (Argentine), Harold F. Dorn (Etats-Unis d'Amérique), Eugène Grebenik (Royaume-Uni), Pierpaolo Luzzatto-Fegiz (Italie), Marcelino Pascua (Suisse) et José Ros Jimeno (Espagne), membres.

Une première ébauche de l'ouvrage fut entreprise, sur la base d'un texte français préparé par l'Institut national d'études démographiques (France) sous la direction de M. Vincent. Des versions anglaise et espagnole de ce texte furent rédigées respectivement par MM. Grebenik et Ros Jimeno.

Le travail dut être exécuté avec quelque hâte, en raison de la proximité du Congrès mondial de la population, auquel le projet fut présenté sous forme d'une « édition provisoire (juin 1954) », publiée par l'Organisation des Nations Unies (ST/SOA/Series A — Etudes démographiques, n° 19). Mais la diffusion d'une édition provisoire eut le grand avantage de faire bénéficier la Commission de la collaboration de nombreux spécialistes, qui voulurent bien lui transmettre leurs observations.

Nombre d'imperfections de l'édition provisoire provenaient de ce que celle-ci avait été élaborée à partir d'un seul texte, en l'espèce un texte français. Il s'avérait indispensable d'établir un compromis entre les conceptions anglo-saxonnes d'une part, et les conceptions latines d'autre part. L'expérience montrait également la nécessité d'enrichir le texte de définitions, afin de permettre à l'utilisateur de détecter les divergences éventuelles entre les expressions d'un même concept en diverses langues.

Ces conclusions de la Commission ayant été approuvées, M. Grebenik reçut mission de refondre, en anglais, le texte primitif. Après quoi, MM. Grebenik et Vincent élaborèrent en commun une sorte de texte transactionnel, dont chacun rédigea une version dans sa langue. M. Ros Jimeno établit ensuite la version espagnole correspondante, et les trois volumes furent soumis à la Commission, au Bureau de l'Union, ainsi qu'à un certain nombre de spécialistes, en vue d'ultimes mises au point.

En publiant les volumes anglais, espagnol et français du Dictionnaire démographique multilingue, il est indispensable de souligner certains caractères de l'ouvrage.

En premier lieu, le fait qu'il résulte d'un travail éminemment collectif. Il est le fruit, non seulement d'une étroite coopération entre les trois principaux rédacteurs, mais de la collaboration active de tous les membres de la Commission. Il a bénéficié en outre des avis autorisés de nombreux spécialistes, qui ont bien voulu se donner la peine d'en examiner les textes aux divers stades de leur élaboration, et de consigner leurs remarques, souvent d'une façon très détaillée. La plupart des recommandations ainsi recueillies ont été retenues, en totalité ou en partie. Certaines ont été écartées, peut-être indûment.

En effet, les rédacteurs ont souvent dû procéder à des options. La conception même de l'ouvrage éliminait la possibilité d'entrer dans de longues explications : il fallait fréquemment choisir entre diverses formulations possibles. Chaque volume porte ainsi l'empreinte de son rédacteur : la mention du nom de celui-ci dans la préface a pour but de signaler cette responsabilité particulière, en dégageant dans la même mesure celle des autres participants à l'entreprise.

Il convient toutefois de souligner que les rédacteurs n'ont pas été libres d'écrire le texte à leur guise : les sujétions du parallélisme indispensable entre textes, ou le désir de tenir compte des avis exprimés, les ont souvent conduits à se rallier à des points de vue qu'ils ne partageaient pas entièrement. Ils ont néanmoins accepté d'assumer la responsabilité du texte, tel qu'il est.

Il faut aussi appeler l'attention sur le fait que les volumes du Dictionnaire ne constituent pas des traités de démographie. Tout a été subordonné, dans leur élaboration, au but fondamental de l'ouvrage : offrir aux traducteurs un outil technique approprié à leurs besoins, et lui conférer un caractère véritablement multilingue en s'efforçant de placer toutes les langues sur un pied d'égalité.

Or les langues sont des édifices empiriques, qui développent leur terminologie suivant leur logique propre, laquelle est parfois peu compatible avec les impératifs rationnels de la science. Les notions dénommées dans des langues différentes ne se correspondent souvent que fort imparfaitement. Telle langue témoigne, par un véritable luxe terminologique, de l'intérêt qu'elle porte à un sujet particulier, qu'une autre langue néglige au point de ne lui consacrer aucune dénomination spéciale. L'emploi de notes a permis d'atténuer les inconvénients qui en résultent, compte tenu du sytème de correspondance adopté. Mais il est évident qu'un exposé dépouillé de préoccupations lexicographiques se fût présenté de façon toute différente.

Ces préoccupations lexicographiques sont aussi à l'origine de certains déséquilibres dans le contenu de l'ouvrage. Il a paru utile, dans certains cas, d'insérer dans le Dictionnaire une terminologie qui n'est pas à proprement parler démographique, mais qu'on a des chances de rencontrer fréquemment dans des textes démographiques, et qui est à peu près introuvable dans aucun dictionnaire et intraduisible par des non-initiés.

C'est encore en considérant les besoins des traducteurs que la Commission a été conduite à adopter le principe suivant : le Dictionnaire doit avant tout faire état de l'usage, même quand il est vicieux, et ne peut déconseiller ou conseiller tel usage, que lorsqu'un consentement assez général semble pouvoir être obtenu à cet égard.

L'ouvrage n'est donc pas destiné à normaliser la terminologie. Il n'est pas davantage destiné à proposer des définitions. Celles-ci n'ont été insérées que pour faciliter l'établissement des correspondances terminologiques et préciser leur portée. L'extrême concision de ces définitions n'a parfois été obtenue qu'aux dépens de leur rigoureuse pertinence. La normalisation de la terminologie nécessite des ouvrages d'un caractère tout différent. Afin d'éviter tout malentendu sur ce point, on trouvera après l'index alphabétique une liste de publications récentes émanant de divers organismes internationaux et traitant des définitions de divers concepts démographiques. C'est à ces ouvrages que le lecteur devra se reporter chaque fois qu'il rencontrera un problème de définition et non plus seulement de traduction.

Le Dictionnaire démographique multilingue ne répondra pleinement au vœu de ses initiateurs que lorsqu'il sera étendu à de nombreuses langues. Grâce à des initiatives privées, la confection de quelques nouveaux volumes est d'ores et déjà projetée ou en voie de réalisation. De plus, la Commission de la population, à sa neuvième session, a demandé au Secrétariat d'étudier la possibilité d'éditer un volume en langue russe (E/2957). L'expérience dira si le compromis réalisé entre les conceptions anglo-saxonnes et latines, convient également aux langues germaniques, slaves, voire non indoeuropéennes.

Avertissement

Le Dictionnaire démographique multilingue revêt la forme d'une collection de volumes unilingues, comportant chacun deux parties : un texte assorti de notes, et un index alphabétique.

Le texte n'a d'autre objet que de présenter la terminologie technique usitée en démographie, dans un contexte qui en éclaire le sens. Il comprend neuf chapitres, groupant chacun un certain nombre de paragraphes. Un numéro à trois chiffres, dont le premier rappelle le rang du chapitre, permet d'identifier chaque paragraphe- -Les éléments terminologiques - mots ou expressions - qui y sont inclus, sont imprimés en caractères gras et accompagnés d'un chiffre. Celui-ci, lu à la suite du numéro du paragraphe, fournit le numéro de référence de l'élément terminologique en cause.

Le numérotage a été effectué par concept. Il en résulte qu'un même numéro de référence est attribué aux éléments terminologiques de même sens ou de sens très voisins, tandis que plusieurs numéros de référence sont affectés à un même élément terminologique, lorsque celui-ci est susceptible de revêtir des acceptions différentes.

Certains paragraphes sont suivis de notes. Celles-ci contiennent des remarques particulières au volume où elles sont insérées, et une terminologie complémentaire afférente au concept auquel elles se rapportent. Le dernier chiffre du numéro affecté à ce concept est reproduit en tête de la note correspondante. Les références à la terminologie incluse dans les notes se distinguent des références à la matière fondamentale du dictionnaire (incorporée dans le texte proprement dit) par un astérisque placé à la suite du numéro du concept.

Seuls les éléments terminologiques figurant dans le texte proprement dit se correspondent de volume à volume, cette correspondance étant établie par le moyen du numéro de référence identique (à quatre chiffres, et sans astérisque) qui leur est attribué.

Deux séries de paragraphes (ceux dont le numéro, commençant par 303 ou 344, se termine par une lettre) comportent, dans chaque volume, des dénominations propres à certains pays de la langue en cause. Aucune correspondance précise ne saurait être établie, de volume à volume, entre les éléments terminologiques figurant dans ces paragraphes. C'est pourquoi ces éléments n'ont pas été numérotés individuellement.

Tous les éléments terminologiques imprimés en caractères gras, tant dans le texte proprement dit que dans les notes, sont classés alphabétiquement dans l'index, avec indication du ou des numéros de référence permettant de localiser leur emplacement dans la première partie du volume.

Lorsqu'un concept pourvu d'un numéro de référence dans le Dictionnaire, n'a pas reçu d'expression propre dans une certaine langue, celle qui figure sous ce numéro dans le volume correspondant est imprimée en italique, et non en caractères gras comme les expressions reçues. Elle n'est indiquée qu'à titre de suggestion, pour faciliter le travail des traducteurs, et n'est pas reproduite dans l'index. Elle se distingue des citations, également imprimées en italique, par le chiffre qui l'accompagne.

Le mode d'utilisation du Dictionnaire peut être illustré schématiquement de la façon suivante. Soit à traduire en français l'expression anglaise d'un certain concept. L'index anglais fournit, en regard de l'élément terminologique à traduire, le numéro affecté au concept exprimé. En se reportant au paragraphe correspondant du texte français, on trouve l'expression française de ce concept.

Dans la pratique, il est indispensable de lire tout le paragraphe auquel on se reporte, sans oublier les notes, non seulement parce qu'on y trouvera souvent des indications utiles, mais aussi parce que les nécessités de la rédaction ont parfois imposé de ranger au sein d'un même paragraphe les éléments terminologiques ou les explications qui s'y rapportent, dans un ordre différent de celui des numéros de référence.

Il est non moins indispensable de comparer les deux versions du même paragraphe dans les deux langues, ce qui permettra de se rendre compte, le cas échéant, des différences de sens entre expressions qui ne sont qu'approximativement équivalentes.

Signalons enfin que si plusieurs expressions synonymes figurent sous le même numéro dans le texte français, on aura généralement avantage à choisir la première, ou l'une des premières expressions citées. En effet, celles dont l'emploi est recommandé ont été, sauf indication contraire, systématiquement insérées en tête des énumérations.

Quant à la recherche dans l'index français, elle sera facilitée par la connaissance de certains des principes qui ont présidé à la confection de cet index.

Les expressions incluses dans la première partie du volume à titre d'éléments teminologiques ont été reproduites dans l'index sous les principaux mots et groupes de mots constitutifs. Les groupes de mots pouvant être considérés comme exprimant, à eux seuls, un concept particulier ont été inclus dans l'index, à la suite du premier mot constitutif du groupe, dans un ordre alphabétique strict, les particules (articles, prépositions, etc.) étant prises en considération pour ce classement. On notera pourtant que les mots composés comportant un trait d'union ont été traités comme des groupes de mots — ceci afin d'éviter toute ambiguïté sur la localisation d'éléments tels que : « enquête pilote », « âge pivot », « population-type », etc.


Cette conception de l'ordre alphabétique a paru avantageuse pour la recherche au sein de longues listes d'expressions présentées en colonne, et préférable, à ce titre, à la méthode du classement par mots significatifs. Il en résulte pourtant quelques particularités qu'il importe de signaler à l'utilisateur.

C'est ainsi que, pour ne pas surcharger l'index de variantes encombrantes, certaines expressions telles que « statistiques de famille », « cause de décès », « dissolution du mariage », n'y ont été citées que sous cette forme, à l'exclusion de la suivante qu'elles revêtent volontiers : « statistique des familles », « cause du décès », « dissolution des mariages ». On pourra s'affranchir des incertitudes de classement qui en résultent, en cherchant d'abord les expressions de ce genre sous le dernier mot constitutif du groupe.


Liste des abréviations utilisées dans le volume français

adj. adjectif
adv. adverbe
cf. conférer, voir
ex. exemple
f. féminins.
ff. faisant fonction de
i. intransitif
m. masculin
néol. néologisme
p.ex. par exemple
pl. pluriel
pp. participe passé
ppr. participe présent
sg. singulier
s. substantif
t. transitif
v. verbe
vx. vieux, vieilli, archaïque


Introduction à Demopædia
Préface | Index général
Chapitres : 1. Généralités (index 1) | 2. Élaboration des statistiques démographiques (index 2) | 3. État de la population (index 3) | 4. Mortalité et morbidité (index 4) | 5. Nuptialité (index 5) | 6. Fécondité (index 6) | 7. Mouvement général de la population, reproduction (index 7) | 8. Migrations (index 8) | 9. Démographie économique et sociale (index 9)
Pages : 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 20 | 21 | 22 | 23 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 40 | 41 | 42 | 43 | 50 | 51 | 52 | 60 | 61 | 62 | 63 | 70 | 71 | 72 | 80 | 81 | 90 | 91 | 92 | 93