The Demopædia Encyclopedia on Population is under heavy modernization and maintenance. Outputs could look bizarre, sorry for the temporary inconvenience

80

De Demopædia
Aller à : navigation, rechercher



Introduction à Demopædia
Préface | Index général
Chapitres : 1. Généralités (index 1) | 2. Élaboration des statistiques démographiques (index 2) | 3. État de la population (index 3) | 4. Mortalité et morbidité (index 4) | 5. Nuptialité (index 5) | 6. Fécondité (index 6) | 7. Mouvement général de la population, reproduction (index 7) | 8. Migrations (index 8) | 9. Démographie économique et sociale (index 9)
Pages : 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 20 | 21 | 22 | 23 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 40 | 41 | 42 | 43 | 50 | 51 | 52 | 60 | 61 | 62 | 63 | 70 | 71 | 72 | 80 | 81 | 90 | 91 | 92 | 93

Migrations

80

801

Les migrations 1 représentent l’un des aspects les plus importants de la mobilité 2 des populations, sur le plan démographique. On appelle à proprement parler migration, ou mouvement migratoire 1, un ensemble de déplacements ayant pour effet de transférer la résidence (310-6) des intéressés, d’un certain lieu d’origine 3, ou lieu de départ 3, à un certain lieu de destination 4, ou lieu d’arrivée 4. On opère volontiers la distinction entre déplacements temporaires et déplacements définitifs à l’aide de critères fondés sur la durée d’absence 5 du lieu d’origine et sur la durée de présence 6 au lieu de destination.

  • 1. migration, s. f. — migrer, v. i. — migrant, ppr. ff. s. m. : personne qui migre — migratoire, adj. : relatif aux migrations.
    On précise parfois migration spatiale, ou migration géographique, pour éviter toute confusion avec les migrations professionnelles (921-1*) ou les migrations sociales (920-5*).
    Noter que le mot migration peut désigner, dans certaines expressions, un ensemble de déplacements n’entraînant pas de changements de résidence (cf. § 806).
  • 2. On précise éventuellement mobilité spatiale, ou mobilité physique, ou mobilité géographique, pour distinguer cette mobilité de la mobilité professionnelle (921-1) ou de la mobilité sociale (920-5).
    On classe les déplacements pris en considération dans l’étude de la mobilité des populations, en déplacements définitifs et en déplacements temporaires, selon qu’ils entraînent ou non changement de résidence (212-5) des intéressés.
  • 4. Sur le plan des migrations internationales (802-2), et par rapport aux immigrés (802-3*), le pays d’arrivée est volontiers dénommé pays d’accueil.

802

Dans le cadre des migrations (801-1) intéressant la population d’un certain territoire (301-2), on appelle migration externe 1, ou migration extérieure 1, une migration dont le lieu d’origine (801-3) et le lieu de desti-nation (801-4) se trouvent, l’un compris à l’intérieur, l’autre situé à l’extérieur du territoire considéré. Lorsque le territoire en cause est celui d’un État souverain (305-3), les migrations -externes sont dénommées migrations internationales 2. Une migration externe prend le nom d’immigration 3 ou d’émigration 4, suivant que c’est le lieu de destination ou le lieu d’origine qui appartient au territoire considéré. Une migration dont le lieu d’origine et le lieu de destination se trouvent tous les deux compris à l’intérieur d’un même territoire constitue ce qu’on appelle une migration interne 5, ou migration intérieure 5, par rapport à ce territoire.

  • 1. Une migration qui n’intéresse un territoire que par le fait qu’elle le traverse constitue par rapport à ce territoire une transmigration, ou migration de transit, transit, s. m. — transiter, v. i. — transitaire, adj. ff. s.m. : migrant transitaire.
  • 3. immigration, s. f. — immigrer, v. i. — immigrant, ppr. ff. s.m. : personne qui immigre — immigre, pp. ff. s. m., personne qui a immigré.
  • 4. émigration, s. f. — émigrer, v. i. — émigrant, ppr. ff. s.m. : personne qui émigre — émigré, pp. ff. s.m., : personne qui a émigré.

803

Par opposition au mouvement naturel (201-7), on pourrait dénommer mouvement physique 1 d’une population la part incombant aux migrations dans le mouvement général de la population (201-6). L’expression utilisée pour désigner cette notion est toutefois celle de mouvements migratoires 1 (au pluriel; cf. 801-1), étant sous-entendu que seules les migrations externes (802-1) sont alors prises en considération. La somme des entrées 2, ou arrivées 2, d’immigrants (802-3*), et des sorties 3, ou départs 3, d’émigrants (802-4*), matérialise le volume total des migrations 4, et est dénommée migration totale 4, par opposition à la migration nette 5, ou balance migratoire 5, résultant de la différence entre les entrées et les sorties. Cette balance prend le nom d’immigration nette 6 lorsque les entrées excèdent les sorties, et d’émigration nette 7 dans le cas contraire. Elle peut d’ailleurs être regardée comme une quantité algébrique : on la considère alors généralement comme positive lorsqu’elle a pour effet d’accroître la population, c’est-à-dire lorsque les entrées excèdent les sorties.

  • 4. Les entrées et sorties de transitaires (802-1*) sont généralement exclues du calcul de la migration totale.

804

On appelle statistiques migratoires 1, ou statistiques de migrations 1, des statistiques établies en vue de la détermination directe des mouvements migratoires 2 (cf. 801-1) qui affectent la population d’un territoire donné. Pour les migrations internes (802-5), ces statistiques sont élaborées d’ordinaire, tantôt à partir de déclarations de changement de résidence (cf. 212-5), tantôt par le truchement de questions spéciales insérées dans les formules de recensement. Pour les migrations internationales (802-2), le dépouillement des listes de passagers 3 des paquebots et aéronefs, permet souvent de rassembler des renseignements de qualité sur les déplacements (801-2*) qui s’effectuent par voie maritime ou aérienne. L’observation des déplacements qui s’effectuent par voie terrestre est beaucoup plus délicate, surtout dans les régions où existent de nombreux frontaliers (806-1*). Dans tous les cas, il convient de prendre des précautions spéciales pour distinguer les véritables migrants (801-1*) des simples voyageurs 4, et pour classer les transitaires (802-1*) à part parmi les migrants, afin de pouvoir les exclure de la détermination de la migration totale (803-4). Le cas échéant, le nombre des visas d’entrée 5, des autorisations de séjour 6 ou des autorisations de travail 7 délivrés aux étrangers (330-2), fournissent des indications sur les mouvements migratoires de ceux-ci.

  • 5. Les visas de sortie que les ressortissants de certains États doivent obtenir pour pouvoir se rendre à l’étranger constituent éventuellement une source de renseignements sur les migrations de ces ressortissants.

805

Faute de pouvoir en déterminer directement les éléments, on procède souvent à la détermination indirecte de la migration nette 1 (cf. 803-5). Celle-ci s’obtient alors comme résidu 2 d’une balance dont les autres éléments sont connus ou estimés. Dans la méthode du mouvement naturel 3, par exemple, on retranche l’accroissement naturel (701-7) enregistré entre deux recensements, de l’accroissement brut (701-6) qui ressort de la comparaison des effectifs (101-6) des recensés. Dans la méthode des coefficients de survie 4 (cf. 326-6), on vieillit (326-5) la population définie par un recensement, à l’aide des taux de mortalité de la période intercensitaire subséquente, et l’effectif obtenu est comparé à celui qui ressort du recensement immédiatement consécutif. Des calculs analogues effectués par groupes de générations permettent éventuellement d’évaluer la migration nette dans divers groupes d’âges. En rapportant la migration totale (803-4) ou la migration nette (803-5), enregistrées annuellement en moyenne pendant une certaine période, à l’effectif moyen (401-5) de la population au cours de cette période, on obtient des taux de migration 5 qui caractérisent respectivement la mobilité externe (cf. 302-1) de la population, et l’incidence de cette mobilité sur l’accroissement de la population.

806

L’étude de la mobilité (801-2) d’une population comprend non seulement celle des migrations (au sens propre, cf. 801-1), mais aussi celle des déplacements temporaires (801-2*) qui l’affectent. Parmi ces déplacements, certains retiennent l’attention par leur régularité cyclique et leur importance économique et sociologique. Mentionnons notamment les navettes 1 de travailleurs entre leur lieu de résidence et leur lieu de travail, mouvements dont la périodicité est généralement quotidienne ou hebdomadaire, et les migrations saisonnières 2, à périodicité annuelle (cf. 150-5). Les migrations saisonnières sont généralement des migrations de travail 3, c’est-à-dire des mouvements de travailleurs provoqués par les conditions de l’emploi et intéressant essentiellement la population active (350-1); mais elles présentent parfois un caractère familial (cf. 811-1*), notamment lorsqu’elles sont motivées par les conditions climatiques.

  • 1. navette, s. f. — navetteur (néol.), s. m. : travailleur faisant la navette entre son lieu de résidence et son lieu de travail.
    L’introduction du mot navette en ce sens, dans la terminologie technique, paraît préférable à la consécration de l’expression impropre (cf. 801-1) migration alternante.
    On appelle travailleurs frontaliers, ou par abréviation frontaliers, des navetteurs qui traversent une frontière pour se rendre de leur lieu de résidence à leur lieu de travail
  • 3. Ne pas confondre avec les migrations professionnelles (921-1*).

* * *

Introduction à Demopædia
Préface | Index général
Chapitres : 1. Généralités (index 1) | 2. Élaboration des statistiques démographiques (index 2) | 3. État de la population (index 3) | 4. Mortalité et morbidité (index 4) | 5. Nuptialité (index 5) | 6. Fécondité (index 6) | 7. Mouvement général de la population, reproduction (index 7) | 8. Migrations (index 8) | 9. Démographie économique et sociale (index 9)
Pages : 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 20 | 21 | 22 | 23 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 40 | 41 | 42 | 43 | 50 | 51 | 52 | 60 | 61 | 62 | 63 | 70 | 71 | 72 | 80 | 81 | 90 | 91 | 92 | 93